Un projet éolien de 200MW sur le Nitassinan

http://www.newswire.ca/fr/news-releases/le-gouvernement-complete-le-4-000-mw-denergie-eolienne-de-la-strategie-energetique-2006-2015-grace-a-un-partenariat-avec-la-nation-innue-563150681.html

Nitassinan, 21 décembre 2015

ARGUMENTAIRE GÉNÉRAL

  1. La Nation Innue cherche depuis un certain temps un projet rassembleur autour duquel assurer un financement récurrent pour son Conseil de la Nation.
  1. Individuellement, ou collectivement avec d’autres Premières Nations, certaines communautés innues ont investi temps, argent et ressources dans les divers appels d’offres éoliens, sans qu’un seul de leurs projets ne soit sélectionné.
  1. Plus récemment, une première tentative pour présenter un projet ralliant toutes les communautés de la Nation Innue au Québec est allée très loin, mais de nombreux écueils l’ont miné, et celui-ci a dû être écarté.
  1. Les discussions se sont toutefois poursuivies avec nos partenaires gouvernementaux et un nouveau processus a été lancé afin d’identifier un projet plus porteur.
  1. En très peu de temps, nos chefs et nos experts ont accompli un travail admirable permettant de présenter au gouvernement un nouveau projet qui rencontre les objectifs de toutes les parties prenantes.
  1. L’annonce d’aujourd’hui est un « engagement à réussir » convenu entre la Nation Innue et le Gouvernement du Québec, impliquant non seulement ces deux parties, mais également Hydro-Québec.
  1. Les grandes lignes d’un projet éolien de 200 MW sont arrêtées, bien que certains détails restent à peaufiner. En procédant aujourd’hui à cette annonce, les parties prenantes font foi de l’engagement qu’elles ont pris ensemble, et non des détails associés au projet.
  1. Nous confirmons toutefois que ce projet sera réalisé sur le Nitassinan de la Nation Innue, et plus précisément sur la Côte-Nord, ce qui en fera le premier projet d’une telle envergure réalisé chez nous et par nous.
  1. Les conventions de confidentialité signées nous empêchent d’en dire plus pour le moment, mais nous sommes assurés que très tôt dans la nouvelle année, nous serons à même de révéler les détails de l’entente.

 

EN RÉPONSE À CERTAINS ARGUMENTS CONCERNANT L’ÉNERGIE ÉOLIENNE

  1. Les prix de l’électricité produite par de tels projets sont trop élevés.

Les prix de l’électricité produite par des éoliennes sont maintenant concurrentiels avec des formes d’énergie conventionnelles. Mais le problème de l’étranglement économique des Premières Nations et des régions dites « dévitalisées » est, quant à lui, bien réel et aura des répercussions à long terme sur l’économie globale de la province si on n’y apporte pas de solutions.

  1. En période de restrictions budgétaires, le Québec n’a pas les moyens de se doter d’une ressource aussi coûteuse.

S’il est de mise de blâmer les projets éoliens pour l’augmentation des tarifs d’électricité, on évite soigneusement de noter que les Québécois profitent actuellement des prix parmi les plus bas au monde, et que la surcapacité du Québec en matière d’électricité ne durera pas éternellement. On néglige également de mentionner que les surplus actuels pourraient servir à alimenter des régions de la Nouvelle Angleterre ou l’Ontario, de grands projets industriels ou à électrifier le parc automobile.

  1. L’empreinte écologique (ex : nuisance visuelle, bruit, faune) de tels projets sont trop élevés.

En matière d’impact sur le climat, un projet éolien comme celui-ci est plus « vert »  que les grands chantiers hydroélectriques ou les projets d’exploitation gazière et pétrolière présentement en cours. Quant aux « nuisances » mentionnées, toutes les précautions sont prises afin de protéger les espèces vulnérables, alors que le bruit et l’aspect visuel n’ont que peu d’impact hors des régions à forte densité de population.

  1. Les projets de cette nature ne contribuent pas à l’économie du Québec.

La poursuite de la mise en valeur de la ressource éolienne pour la production d’électricité permet au gouvernement du Québec de maintenir et de créer des emplois dans les différentes régions du Québec, notamment parmi les Premières Nations, tout en enrichissant le savoir-faire acquis dans ce domaine. En complétant, comme il le fait aujourd’hui, le 4 000 MW éolien de la stratégie énergétique 2006-2015, le gouvernement assure non seulement le développement à long terme de toute la filière industrielle éolienne au Québec, mais lui donne également la possibilité de se tailler une place sur les marchés d’exportation.