* Cette lettre est publiée dans la Presse du 28 novembre 2015.

Lettre à l’ensemble des Québécois

Aux partis politiques du Québec et du Canada

Aux membres de la Nation Innue

Nitassinan, le 28 novembre 2015. Nous, les 9 Chefs de la Nation Innue au Québec voulons intervenir dans le débat médiatique des derniers jours suscité par l’intervention du Chef de l’Assemblée des Premières Nations au Québec Labrador, M. Ghislain Picard, tenue au dernier conseil national du Parti Québécois le samedi 21 novembre dernier.

Les Chefs de la Nation Innue sont entièrement en accord et s’approprient la dernière intervention de M. Ghislain Picard. Nous sommes Innus et nous sommes souverainistes. Nous sommes pour l’autodétermination de notre Nation, tout comme les souverainistes québécois le sont pour la leur. Le message du Chef Picard, auquel nous faisons écho aujourd’hui, est d’inviter les souverainistes québécois et les membres du Parti Québécois en particulier, à reconnaitre qu’il existe d’autres Nations cohabitant sur le territoire, qui possèdent des ambitions d’indépendance tout aussi légitimes que la leur. Ce message n’en est pas un de division, mais plutôt un appel à un dialogue pour une meilleure compréhension mutuelle. C’est aussi un message pour ceux et celles qui croiraient que la souveraineté du Québec pourrait se faire sans tenir compte de nos droits, dont celui à l’autodétermination de nos peuples.

Rappelons que Ghislain Picard était invité à exprimer ses positions politiques lors de cette rencontre annuelle des membres du caucus du Parti Québécois, des centaines de militants présents et du Chef de l’opposition officielle à l’Assemblée nationale, M. Pierre-Karl Péladeau.

Plusieurs articles, interventions de journalistes/chroniqueurs politiques et déclarations de députés plus tard, nous réinterprétons avec justesse les propos de M. Picard au nom de la Nation Innue :

  • Les relations sociale, politique et économique entre l’ensemble des partis politiques, les Québécois et les membres de la Nation Innue et son leadership politique demandent un effort collectif;
  • Les évènements récents mettant en cause la relation entre la SQ et les membres de nos communautés ont fait ressortir un important malaise entre les Premières Nations et les Québécois;
  • Mauvais message, mauvaises perceptions, préjugés, discrimination, racisme? C’est peut-être tout cela, sans vouloir tomber dans l’outrance. Il importe surtout de ne pas s’isoler dans le déni collectif et ne pas s’enfouir la tête dans le sable;
  • Une relation bilatérale entre les Québécois et la Nation Innue est nécessaire. Donnons-nous les meilleures conditions pour assurer une cohabitation harmonieuse;
  • La relation politique est sans aucun doute celle qui conditionne tout le reste. Notre histoire récente est marquée par des tentatives de trouver la meilleure formule qui soit et le bon gouvernement;
  • Quel que soit le Gouvernement, souverainiste, fédéraliste ou quelque part entre les deux, la question de la relation se pose de la même manière. C’est celle du respect de la reconnaissance et de la mise en oeuvre des droits et titres ancestraux de la Nation Innue.
  • À l’élection de chaque gouvernement provincial, nous Chefs de la Nation Innue, nous posons les mêmes questions…et nous restons systématiquement sur notre faim.

Tel que le mentionnait le Chef Picard, en tant que Chefs de la Nation Innue et représentant près de 20 000 membres, nous nous demandons aussi : Il faudra un jour se poser la vraie question qui est la suivante : y a t-il un risque réel pour un gouvernement de baser sa relation avec la Nation Innue sur la reconnaissance de droits et titres, sur une approche de respect mutuel et une harmonisation des juridictions respectives?

Concernant l’enjeu de la souveraineté, l’article 3 de la Déclaration des Nations Unies sur les droits sur les peuples autochtones* mentionne : les peuples autochtones ont le droit à l’autodétermination. En vertu de ce droit, ils déterminent librement leur statut politique et assurent librement leur développement économique, social et culturel. La souveraineté de la Nation Innue est fondée sur ce qu’elle est, sur son identité, sa langue, sa culture et son Nitassinan (son territoire). La souveraineté de la Nation Innue ne dépend pas de celle des Québécois. La souveraineté de la Nation Innue dépend de ses membres.

Lors de son discours, M. Picard a exprimé clairement ceci : « Je veux conclure avec un commentaire fondé sur ce qu’il y a de plus profond. Je suis Innu. Je suis souverainiste. »

Nous Chefs de la Nation Innue exprimons clairement : « Nous sommes Innus. Nous sommes souverainistes. »

* http://www.un.org/esa/socdev/unpfii/documents/DRIPS_fr.pdf

Chef Denis Mestenapéo, Pakua Shipi

Chef Alain Lalo, Unamen Shipu

Chef Rodrigue Wapistan, Nutashkuan

Chef Jean-Charles Piétacho, Ekuanitshit

Chef Mike Mckenzie, Uashat mak Mani-utenam

Chef Réal Mckenzie, Matimekush Lac-John

Chef René Simon, Pessamit

Chef Martin Dufour, Essipit

Chef Gilbert Dominique, Mashteuiatsh

Informations :

@nationinnue

Serge Ashini Goupil

Courriel : ashinigoupil@me.com

Cellulaire : 1 418-609-0491